mardi 11 décembre 2012

L'avenir d'inovallée, vu par olivier Véran, Député (discours du 6 décembre)

Monsieur le Président d’Inovallée Christophe Mathevet, Monsieur le Maire Pierre BEGUERY, Madame le Maire Marie Christine TARDY, Mesdames Messieurs les élus, les entrepreneurs, les salariés, les permanents, Chers amis, 

Je vous remercie de me donner la parole à l'occasion de ce séminaire célébrant le 40ème anniversaire d’inovallée. Je ne pouvais initialement pas être des vôtres, mais il m’a semblé important de souffler avec vous ces 40 bougies. Je ne reviendrai pas sur l’importance du modèle de développement territorial qu’à su insuffler inovallée, beaucoup de choses ont déjà été dites, et bien dites, et notre présence à tous ici ce soir prouve la vitalité de ce pôle. 
Je veux ici aborder les perspectives locales de développement d’inovallée et les actions nationales en direction des entreprises et notamment des PME. 1/ Au niveau local Sur le Bassin grenoblois, Inovallée a une place à part dans l’écosystème grenoblois. D’abord parce que c’est une pépinière d’entreprises avant l’heure. Je considère Inovallée comme un modèle de développement. La force de son fonctionnement repose sur l’implication importante des chefs d’entreprise. Sans oublier bien sûr l’engagement des 6 permanents, clefs de voûte de ce pôle attractif et vivant. 
Des projets de développement, il y en a, et ils sont enthousiasmants Le renouvellement urbain avec une densification et une mixité d’usage (Habitation, commerce, entreprise) pour faire d’inovallée un nouveau quartier de vie. La requalification doit être le moyen d’affirmer la place complémentaire d’Inovallée auprès d’autres pôles d’innovation qui se développent dans l’agglomération (notamment la presqu’île.) 
Le projet de pépinière doit être soutenu, pour inscrire Inovallée dans la chaîne de l’emploi, avec des entreprises en incubation, et d’autres arrivées à maturité et totalement intégrées au site. Le développement du co-working sera une réponse aux besoins de souplesse des jeunes entreprises innovantes et qui souhaitent rompre avec l’isolement. On peut aussi imaginer un « show room », à l’instar de ce qui se fait déjà sur d’autres sites. Par ailleurs, je redis ici tout mon intérêt pour voir se développer sur ce site un projet structurant autours de l’histoire scientifique du bassin grenoblois. Qu’il s’agisse d’un centre national art et science, et/ou d’un site honorant la mémoire de l’histoire de l’informatique. Ce projet aurait tout son sens, aussi me suis je engagé à réunir prochainement autours d’une même table l’ensemble des acteurs impliqués ou intéressés. Des projets donc mais des difficultés à lever aussi, j’en suis conscient. Se situer à la jonction de deux intercommunalités différentes n’est pas toujours simple. 
On le voit pour les transports. Il y a une demande forte pour que la ligne chrono rejoigne Montbonnot, cela est en bonne voie. Mais il faut également dans un avenir proche prolonger la ligne jusqu’à la Gare. J’ai entendu ces demandes et me suis engagé à les soutenir auprès du Président du SMTC, Michel Issindou. 
Au niveau national, il me faut ici adresser un message fort en direction des entreprises Après 18 mois de hausse consécutive du chômage, la question de l’emploi est plus que jamais primordiale. Qui le sait mieux que les entrepreneurs dans cette salle ? Vous avez besoin de marges de manœuvre pour investir, innover, créer de l’emploi. Le gouvernement l’a compris. C’est le sens du pacte de compétitivité qui vient d’être vôté à l’Assemblée Nationale, suite au rapport Gallois. 36 mesures saluées par l’Union Européenne. Je ne vais pas les évoquer toutes bien sur, mais permettez moi d’insister sur deux points : le Crédit d’impôt et la Banque Publique d’Investissement. Un crédit d'impôt équivalent à une baisse de 6 % de la masse salariale, portant sur les salaires jusqu’à 2,5 smic, pour un montant total de 20 milliards d'euros. Cette mesure massive et sans précédent s'étalera sur trois ans. Il s’appliquera dès le 1er janvier 2013, date à partir de laquelle vous commencerez à cumuler du crédit. Un fonds de 500 millions d'euros pour les PME confrontées à des difficultés de trésorerie sera rapidement mis en place. La mesure sera mise en oeuvre à travers la Banque publique d'investissement (BPI). Un objectif : porter le nombre d'apprentis à 500 000 en 2017 afin de favoriser l'embauche de jeunes dans les PME. 
En circonscription, je veux faire connaître l’action parlementaire sur le terrain et continuer le dialogue que n’a jamais cessé d’avoir Geneviève FIORASO avec les entreprises. Je vais multiplier dans les prochaines semaines les occasions de rencontrer les chefs d’entreprise d’inovallée. Outre les mesures que je viens de citer, il s’agit pour moi de nourrir la réflexion nationale à partir de votre expérience de l’entreprise. Sur deux grands thèmes principalement : celui de la compétitivité (je suis secrétaire de la mission nationale sur les coûts de production en France ; celui des futurs contrats de génération, projet de loi dont j’ai été nommé responsable pour la majorité, et qui sera voté le 15 Janvier prochain. Brièvement, le contrat de génération a un triple objectif : encourager l’embauche en CDI de jeunes de 26 ans et moins ; faciliter l’intégration de ces jeunes dans l’entreprise ; favoriser le maintien en emploi des séniors. Concrètement, j’ai demandé à l’équipe d’Inovallée de mettre à profit son expertise pour ouvrir le dialogue et je vous donne rendez vous le 10 janvier matin pour un petit déjeuner sur ce thème. L’enjeu est de taille : le gouvernement table sur 500 000 contrats signés en 5 ans. En retour, j’espère pouvoir revenir vers vous pour fêter à Inovallée les premiers contrats signés, en présence, pourquoi pas, de quelques ministres. Dès demain, je commencerai les visites d’entreprises avec Geneviève Fioraso et forcément notre choix s’est porté sur une des entreprises d’inovallée, H3c. Nous continuerons à le faire régulièrement. 
 Voilà. Bon anniversaire à inovallée, merci de votre accueil et de votre attention.