lundi 29 avril 2013

Formes atypiques d’emploi : inovallée interroge les nouveaux modèles d’innovation sociale


Travail à temps partiel, à distance, temporaire, en temps partagé, pluriactivité, auto-entrepreneuriat, portage salarial... les formes d’emploi et de travail atypiques se développent, qu’il s’agisse du statut ou du mode de travail en lui-même. Quels effets ont-elles sur les entreprises et les individus ? C’est la question qu’a voulu poser inovallée lors de son premier atelier innovations sociales, avec le concours d’Aravis, Agence Rhône-Alpes pour la Valorisation de l’Innovation Sociale. Plus de 50 salariés, dirigeants et multi-statuts sont venus y partager leurs expériences positives et leurs craintes. Aujourd’hui les emplois atypiques (CDD surtout) concernent 75% des nouvelles embauches (25% seulement du total des emplois salariés), traduisant un besoin grandissant de souplesse d’entreprises, qui cherchent aussi à réduire leurs coûts fixes dans un contexte instable. L’accompagnement et la sécurisation des parcours de ceux qui choisissent ou subissent ces nouvelles formes de travail, va devenir peu à peu un réel enjeu de notre société en mutation.